Les hautes herbes, de Hubert Voignier – Editions Cheyne

les hautes herbes

Ce magnifique recueil est une ode à la nature.

Quatre souffles, quatre postures pour faire affleurer le trouble sensoriel au plus intime de l’être et de sa conscience.

Lélan joyeux, le corps arqué vers le chant d’herbes et de fleurs sauvages entrelacées :

fleurs

« Comme si la nature toute entière se fendait d’un large sourire et s’ouvrait généreusement à ma conscience, s’offrait dans tout sa profondeur et sa folle opulence ; comme si mon âme par le truchement du regard avait pleinement accès à l’intimité du monde au dehors »

Le regard ébloui dans la connaissance  livresque et chatoyante  de chaque espèce :

 » le plaisir de voir défiler tous les noms, les beaux noms des plantes sauvages….d’y voir un peu plus clair dans cet océan de formes et de couleurs ».

Le rêve, devenir autre, minuscule insecte ou chevelure ébouriffée au vent dans l’infinité végétale au risque de l’étouffement.

La pensée, un avertissement de la nature, la nécessité de la protéger et d’en prendre soin chaque seconde de notre vie :

.. »et jusqu’à la fin des temps, de goûter pleinement la beauté du monde, d’en prendre la mesure, sans peser plus que son propre poids, sans s’attarder ni laisser de traces trop profondes derrière si, afin que partout où l’on a passé du bon temps, l’herbe repousse justement sous les pas« .

 

 

 

Publicités

Glaneurs de rêves

patti-smith

Simple et sublime ce petit livre autobiographique de Patti Smith invite à la rêverie et à la poésie.
Son regard sur les choses et les événements de sa vie nous emporte dans ses voyages. Ses pensées vagabondent pour revenir toujours comme par magie vers le champ des hautes herbes de son enfance.
A cet endroit précis où le petit peuple des glaneurs de rêves cueille sans relâche ce qui a été délaissé et pourtant adoré. Pour le rendre au nuage qui tisse les songes à l’anneau de nuit.
Je me suis laissée emportée par la douce musicalité d’une écriture féerique. Patti Smith n’écrit pas de la poésie, elle est l’âme poétique.
Elle est cet arbre, ce ciel, elle est cette enfant sage dessinant sur le lit à la chandelle de la lune.
Mais elle est ailleurs, traînant toujours à ses côtés un baluchon rempli de graines enlacées aux « bouts de laine arrachés par la main du vent au ventre d’un agneau« .
La poésie est là, dans toutes les choses vues, senties, goûtées, entendues, que les mots limpides résonnent d’une bienfaitrice quiétude.
Soufflez, soufflez vous aussi sur la fleur jaune offerte si généreusement par la lecture de ce livre :
« Comme il est large, le monde. Comme il est haut. Et l’étoffe de l’esprit – l’esprit chargé se fait bouffant, disséminé comme la graine et le duvet. Car telle est la dent-de-lion. Qu’elle se dénude et qu’elle éclate en mille vœux« .

Dernier salut de Jim Harrison

jim-harrison-une-heure-de-jour-en-moins

 

ARBRE CLÔTURE

« Ici dans le Montana se dresse un arbre solitaire
près de la clôture, un peu comme un arbre
dans les Sandhills du Nebraska, à des
kilomètres d’ici. Quand je traverse cette pâture stérile
semée de cailloux et de trous d’écureuils,
de blaireaux, de coyottes et de serpents à sonnette
(un millier tués en une décennie
car ils cohabitent mal avec les chiens et
les enfants) en une heure de marche avant d’atteindre
cet arbre, je le trouve oppressant. Sans doute
aussi vieux que moi, il résiste à son isolement,
tout noueux et tordu à cause de ses batailles
avec le temps. Je m’assois contre lui et me fonds en lui.
De retour chez moi dans le crépuscule froid et venteux,
il me semble être parti des années« .

Orties

4192zUcF1LL._SX210_

Orties, rêve d’un songe en lettres de feu.
Ce poème est extrait du recueil « Quelle est la nuit parmi les nuits » paru en 2004. Les éditions Al manar mettent en valeur ce très beau texte de Vénus Khoury-Ghata dans ce livre-objet illustré en page de couverture par la gravure estompée de Diane de Bournazel. Il existe également un autre ouvrage avec de nombreuses planches de dessins qui peut être consulté sur le site internet des éditions Al manar.
Orties fait écho au roman « la maison aux orties » qui m’a fait connaître l’auteure et poétesse Vénus Ghoury -Ghata. J’ai retrouvé le même hommage poignant à sa famille et à son enfance dans un village du Liban.
La grande inspiratrice de l’écriture flamboyante de l’auteure est sa mère défunte qui revient dans ses nuits sans sommeil :
« Penchée au-dessus de mon épaule
la morte analphabète surveille ce que j’écris
chaque ligne ajoute une ride à mon visage ».
Arrive le personnage principal du texte, principal parce qu’il se fait entendre par ses bruits et sa colère « la colère du père renversait la maison nous nous cachions derrière les dunes pour émietter ses cris » ;
Les doigts effleurent la cicatrice douloureuse laissée par la mort d’un frère fragile dont la fibre poétique a été violemment atrophiée ;
Les mots écrits sur la page unissent dans le prisme de l’écriture trois soeurs touchées par l’embrasement de la folie :
« Trois soeurs réunies en une seule qui tient la plume
la fait courir sur la page
et la page se met à parler
la page dit :
encrier renversé
lampe brisée
pétrole en flammes
incendie (…) »
Les mots coulent à l’encre rouge des peines et des souvenirs d’enfance indissociables de la guerre et de la violence.
Oscillation constante entre Orient et Occident où la langue universelle deviendrait celle des billes de verre qui tintent dans les poches des enfants.
Sur la page blanche, les fantômes des disparus tracent des courbes et des traits, guident la narratrice vers un horizon de lumière.
Vers un jardin de mûriers arraché des orties envahissantes aux feuilles piquantes :
« je sarcle
élague
arrache
replante dans mes rêves
le matin me trouve aussi épuisée qu’un champ
labouré par une herse rouillée ».