Le dessin des routes

 

5194N9b3p3L._SX195_

Le narrateur est un homme rescapé dont la vie est balisée de repères.
Il se réveille pour aller travailler dans un port de pêche et finit sa journée en fréquentant le café du village.
Un quotidien monotone et répétitif, une vie en pointillé qui va se raccrocher pour un temps à la présence d’un enfant, Pierre. Sa mère, Diane, est une jeune femme fantasque et pleine de vie mais totalement irresponsable envers son enfant. Pendant les absences fréquentes de Diane, le narrateur s’occupe du jeune garçon comme s’il était le sien.
Les successions de phrases courtes dévoilent les pensées et les gestes de manière si dépouillée mais tellement remplie de signification que l’ordinaire n’est plus banal. le sens de la vie se joue là, dans toute sa nudité.
Il n’y a ni pathos, ni jugement dans ce livre plutôt dérangeant qui bouscule les postulats bien établis. Ce livre est d’autant plus performant que l’auteure Anna Dubosc prête ici sa voix de manière très convaincante au personnage masculin du livre.
Un livre dur et poignant sur les liens marginaux qui tissent une vie, à découvrir aux éditions Rue des Promenades que je remercie vivement ainsi que Libfly (La Voie des Indés).