La nuit introuvable, Gabrielle Tuloup aux Éditions Philippe Rey

la nuit introuvable

 

 

 

 

 

 

Face à l’attitude distante et sans effusion de tendresse de sa mère Marthe, Nathan qui a aujourd’hui 40 ans s’est barricadé le cœur, aimant doublement son père et recevant de lui par procuration toute la part d’amour manquante.

Quatre ans après la mort de son père pendant lesquels tous les liens avaient été rompus entre sa mère et lui, Nathan est mis tout à coup en face de celle qu’il avait fini par enterrer dans sa mémoire.

J’ai beaucoup aimé ce texte très poétique et délicat qui dit les empêchements d’aimer que l’on s’impose quand des expériences passées montrent que s’abandonner en amour peut faire du mal et détruire, celui qui aime ou celui qui est aimé.

Le roman éblouit par l’amour absolu, l’amour qui ne se dit pas, ne peut s’écrire que sur des pages encore vierges de l’oubli. Sur du papier buvard comme utilisaient autrefois les écoliers pour estomper ici les traces du chagrin.

J’ai aimé entendre les deux voix à l’intérieur du texte, la voix du fils moderne et rieuse, se moquant de lui-même parfois qui allège le poids de la dureté de ce qu’il vit et la voix de cristal d’une mère qui ose enfin s’affranchir de la culpabilité d’aimer.

Gabrielle Tuloup éprise de slam évoque ici la poésie de René Char à plusieurs reprises dans le roman : d’abord,  dans son titre « La nuit introuvable» tirée du poème « Fureur et Mystère  »,  puis en utilisant le prénom Marthe dans son roman  et par le frontispice du livre avec une très belle couverture bleu nuit des Editions Philippe Rey que j’aime particulièrement car cette maison d’éditions  publie  tous les romans de Joyce Carol Oates.

En  cette année commémorative des 30 ans de la disparition de René Char, je ne résiste pas à publier l’intégralité du poème Marthe dans Fureur et Mystère :

« Marthe

Marthe que ces vieux murs ne peuvent pas s’approprier, fontaine où se mire ma monarchie solitaire, comment pourrais-je jamais vous oublier puisque je n’ai pas à me souvenir de vous : vous êtes le présent qui s’accumule.
Nous nous unirons sans avoir à nous aborder, à nous prévoir comme deux pavots font en amour une anémone géante.
Je n’entrerai pas dans votre cœur pour limiter sa mémoire.
Je ne retiendrai pas votre bouche pour l’empêcher de s’ouvrir sur le bleu de l’air et la soif de partir.
Je veux être pour vous la liberté et le vent de la vie qui passe le seuil de toujours avant que la nuit ne devienne introuvable ».

 

2 réflexions sur “La nuit introuvable, Gabrielle Tuloup aux Éditions Philippe Rey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s