David Bowie n’est pas mort – Sonia David #MRL 17#Price Minister

sans-titre

David Bowie n’est pas mort – Sonia David – #MRL17#Price Minister

pianoA la mort de leur mère, 3 sœurs se retrouvent pour préparer les funérailles et ranger l’appartement parisien. Mais c’est aussi l’occasion de vider les souvenirs, décaper les névroses, boire un verre aux restes de leur enfance, porter un toast à une mère qui n’a pas su les aimer comme elles le voulaient.

ll y a Anne, Hélène, et Émilie.poupée

C’est d’abord la couleur des habits de leur enfance imposée par leur mère qui a cimenté leur tempérament, une  inclination prégnante dans une humeur qui prend racine  dans  un manque de tendresse ou un besoin de réconfort dont l’insatisfaction  a touché le corps et la santé de chacune d’elle.

ANNE
l’aînée s’est emmurée  dans le bleu de la froideur et de la distance,
***************************s’est échappée par les kilomètres  aux Etats-Unis

HELENE,
la cadette qui est aussi la narratrice possède la couleur la plus délurée et la plus audacieuse, c’est la couleur  violet de la parole sans rancune et sans conditionnel,
***************************s’est échappée en pensées  par l’écriture,

EMILIE
la benjamine siffler de joie petite, puis s’est mise à douter, à perdre confiance en elle-même avant de prendre la couleur marron de l’amertume,
****************************s’est échappée dans sa tour intérieure par les larmes.

Le jour des funérailles, toutes les 3 au bord de la cinquantaine videront leurs souvenirs comme on vide le sac à main d’une femme qui renferme des richesses insoupçonnées.

Elles ne se voient que très rarement, elles sont pourtant toutes les 3 réunies même si ce lien est silencieux, même si chacune d’elle garde encore ses distances, sa zone de sécurité.

Un an après, la disparition du père  ne les rassemblera pas plus.

La distance affective entre elles est plus forte que les liens de sang qui les unit.
Bien des années plus tard, c’est l’annonce brutale  de la  mort de David Bowie, le chanteur commun de leur adolescence, qui va percer la chape glaciale de leurs relations. Une perte qui peut enfin se nommer car avec la disparition du chanteur, elles perdent une partie d’elles-mêmes.

Des souvenirs resurgissent, fugaces mais bien présents, des regards, des mots qui prennent sens   sous leur regard adulte, défroissent les plis d’une complicité existante   malgré les doutes et les manques. Elles redécouvrent ensemble la période de leur jeunesse marquée par le son d’un rock nouveau et puissant.

Ce roman m’a émue par sa sincérité et sa formidable énergie à panser des chagrins en la couvrant d’un nouveau nom la nostalgie. Celle d’une époque qui ne se perd jamais quand on se la remémore.

DB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s